1/ Qu’est-ce qu’une entreprise ?

A/ De l’action collective vers l’organisation

Un groupe organisé

A l’origine de toute entreprise, il y a un porteur de projet. Cet entrepreneur est cependant limité dans son action par les ressources et les compétences dont il dispose. Il va alors collaborer avec d’autres individus pour réaliser un objectif commun. C’est donc l’engagement collectif autour de cet objectif qui montre la volonté des membres du groupe d’atteindre un même but. Ce groupe doit cependant être organisé, ce qui implique une ’interdépendance de ses membres dans la réalisation d’un objectif commun.

La transformation de la personnalité juridique

Cette collaboration va s’exercer sur une période de temps longue, ce qui distingue un groupe d’une organisation. Ce groupe organisé va réaliser des échanges, et pour ce faire va alors adopter une personnalité morale. Cette fiction juridique va permettre au groupe de réaliser des actes juridiques tels que des contrats pour le groupe constitué et non pas en leur nom propre, la personnalité morale faisant écran entre les membres et les cocontractants. Ainsi un salarié sera embauché par l’entreprise, et non pas directement par le chef de cette entreprise. En cas de changement de responsable, le contrat pourra ainsi perdurer. De même l’entreprise pourra alors se constituer un patrimoine distinct de ses membres.

B/ Un rôle économique

La fonction économique principale de l’entreprise est la production de biens et services marchands. Elle contribue ainsi à la création de richesse globale. La réalisation de cette production marchande induit alors un but lucratif, consacré par la loi. La loi dispose ainsi qu’une entreprise est une mise en commun de moyen dans le but de partager un bénéfice.

C/ Un champs géographique

Le champ d’action géographique d’une organisation correspond à la zone géographique dans laquelle l’organisation exerce son activité et propose son offre à ses clients, usagers ou adhérents. Cette zone d’influence de l’organisation sur son environnement peut être locale, régionale, nationale ou internationale. Elle est composée de territoires délimités par des frontières (pays, régions, continents, etc.).

 

2/ La diversité des entreprises

La diversité des entreprises a conduit à plusieurs classifications selon différents critères.

A. La classification des entreprises selon leur domaine d’activité

On regroupe les entreprises en trois secteurs d’activité :

– le secteur primaire regroupe l’ensemble des activités de transformation des produits issus de la nature (agriculture, pêche, sylviculture et extraction minière) ;

– le secteur secondaire rassemble l’ensemble des activités correspondant à la transformation des matières premières en biens productifs ou en biens de consommation. Il s’agit globalement du secteur industriel ;

– le secteur tertiaire regroupe les activités produisant des services (commerces, banques, assurances, etc.).

B. La classification des entreprises selon leur taille

La taille d’une entreprise se mesure principalement par son effectif et son chiffre d’affaires.

– Le critère de l’effectif permet de classer les entreprises selon l’importance du personnel. L’INSEE distingue les micro-entreprises ou TPE (très petites entreprises) qui regroupent moins de 10 salariés, les petites et moyennes entreprises (PME) de moins de 250 salariés, et les grandes entreprises de plus de 250 salariés.

– Le critère du chiffre d’affaires permet de classer les entreprises selon le montant des ventes réalisées.

 

3/ Les parties prenantes de l’entreprise

 

L’entreprise doit être envisagée non pas de manière autonome mais comme une entité dépendante de son environnement et agissant sur lui. La notion de partie prenante désigne tout acteur interne ou externe à une entreprise qui peut affecter ses décisions ou être affecté par elles.

A. Les parties prenantes internes

Il existe trois types de parties prenantes internes :

Les salariés

Les activités de production et d’administration mettent enfin en relation l’entreprise avec ses salariés, qui reçoivent en contrepartie de leur prestation de travail un salaire. L’entreprise devra donc ajuster les ressources humains constituée par ses salariés à ses besoins, tant d’un point de vue quantitatif (nombre de salariés, recours à l’intérim ou CDD) que qualitatif (formations, adaptation des compétences, polyvalence et employabilité des salariés).

Les actionnaires

Ils fournissent les ressources financières nécessaires (capitaux) pour financer l’activité, les investissements, etc. Ils attendent de l’entreprise qu’elle leur verse des dividendes à la hauteur de leurs attentes ;

Les dirigeants

Parfois fondateur, parfois non, ils sont chargés de prendre les grandes décisions concernant l’entreprise (lancement d’un nouveau modèle, alliance avec un concurrent, changement d’image de marque, etc.) et de manager les individus qui y travaillent.

 

B. Les parties prenantes externes

L’entreprise est en relation directe ou indirecte avec des acteurs économiques qui lui sont extérieurs, puisqu’ils se situent dans son environnement.

parties prenantes (3)

Les clients

L’activité de vente des biens et services produits par l’entreprise relie l’entreprise à ses clients. Ces clients peuvent être des entreprises, des ménages, des particuliers. Ces derniers vont satisfaire un besoin par la consommation des biens et services dispensés par l’entreprise.

Les fournisseurs

Ainsi, l’entreprise entre en relation avec des fournisseurs pour effectuer des achats de fournitures ou de matières premières. Ces achats peuvent éventuellement être stockés avant d’être utilisés pour la production.

L’entreprise peut également avoir recours à un certains nombre de prestataires pour réaliser des opérations (comptabilité, nettoyage, restauration, entretien espace vert) externalisées.

Les concurrents

Ce sont des entreprises positionnées sur le même marché, qui souhaitent gagner des parts de marché et constituent une menace ;

​Les banques

Elles assurent le financement de l’activité de l’entreprise et attendent d’elle le remboursement des sommes empruntées ainsi que le paiement d’intérêts ;

​l’État et les collectivités locales

Ces organisations publiques attendent de l’entreprise le paiement des impôts, taxes et cotisations sociales, mais aussi qu’elle mène des actions en termes d’emploi ;

Il ressort de cette diversité des parties prenantes que leurs intérêts, qu’elles soient internes ou externes à l’entreprise, sont souvent contradictoires.

Il ressort de cette diversité des parties prenantes que leurs intérêts, qu’elles soient internes ou externes à l’entreprise, sont souvent contradictoires.

C. Les interactions entre l’entreprise et ses parties prenantes

Les parties prenantes ont une influence sur l’activité et les décisions des entreprises. Par exemple, les constructeurs automobiles doivent s’adapter à l’évolution des attentes des consommateurs vers des produits moins polluants ainsi qu’à la réglementation émanant de l’État concernant les normes écologiques. L’entreprise doit donc prendre en compte les contraintes et les opportunités qui émanent des décisions de ses parties prenantes.

De même, par leurs décisions, les entreprises ont une influence sur leurs parties prenantes.

Cet impact peut être positif. Ainsi, l’entreprise qui innove modifie les habitudes de consommation des ménages en leur proposant de nouveaux produits. L’amélioration des conditions de travail améliore la qualité de vie des salariés.

Mais l’action de l’entreprise sur son environnement peut également être négative, notamment sur l’environnement écologique (production polluante) ou social (fermeture d’entreprise entraînant des licenciements).

4. L’organisation de l’entreprise

A. L’organigramme et les différentes fonctions

Tout groupement de personnes a besoin de s’organiser pour travailler efficacement. L’entreprise structure ainsi ses activités en réalisant son organigramme qui est une représentation schématique de la structure d’une entreprise autour de ses différentes fonctions et des relations hiérarchiques qu’elles entretiennent entre elles.

Il permet de mieux cerner les tâches, de faciliter le travail de chaque acteur et de préciser le type de relation entre chaque service.

fonctions entreprise (complet)

Les fonctions de l’entreprise

l’entreprise ne peut fonctionner que si les tâches à accomplir sont réparties de façon précise et si le rôle de chacun dans l’entreprise est clairement déterminé. Plus l’entreprise est importante, plus son organisation, pour être efficace, doit être structurée. Les nombreuses tâches réalisées par l’entreprise peuvent faire l’objet d’un regroupement selon leur objectif. Cela permet notamment d’identifier les grandes fonctions de l’entreprise.

Traditionnellement, on recense 8 grandes fonctions dans l’entreprise.

  • La fonction Comptabilité et Finances
  • La fonction Recherche et Développement
  • La fonction Ressources humaines
  • La fonction Production
  • La fonction Marketing et Vente
  • La fonction Achats
  • La fonction Direction et Administration générale
  • La fonction Logistique

Certaines revêtent une importance cruciale, car elles participent directement à la création de richesse. D’autres, appelées « fonctions support », sont secondaires. Ces fonctions peuvent donc être externalisées auprès de prestataires extérieures. Ce recours à des prestataires est déterminé par un manque de compétences dans l’entreprise, des besoins ponctuels n’impliquant pas une embauche à l’année ou pour conserver une certaine flexibilité dans l’organisation… Ainsi une TPE recourt souvent à un cabinet comptable pour la partie financière, réaliser les bulletins de paies et les déclarations sociales,, ou sous traite la logistique à une entreprise de fret. Les fonctions supports sont nécessaires mais non indispensables.

La tendance globale des entreprises est de se restructurer sur son coeur de métier et d’externaliser certaines fonctions non stratégiques. On retrouve ainsi les ressources humaines, les services généraux, la logistique , les finances, les achats en fonction support.

 

B. L’articulation des fonctions par la circulation de l’information

Pour fonctionner efficacement, les entreprises doivent organiser la communication entre les différentes fonctions. En effet, l’information est au cœur de la prise de décision de tout salarié car chacun d’eux doit pouvoir disposer au moment voulu de l’information qui lui permettra d’effectuer les tâches qui lui incombent. Les entreprises doivent mettre en place un système d’information (SI), c’est-à-dire un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données et procédures) qui permet de regrouper, de classifier, de traiter et de diffuser de l’information en fonction des besoins des utilisateurs et sur différents canaux.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s