LES PRINCIPES DU MANAGEMENT

1/ Qu’est que le management?

Le management est l’ensemble des techniques d’organisation et de gestion d’une organisation.

A/Domaine d’intervention

Le management a cependant un domaine d’intervention bien plus large qu’une simple planification de la production d’un bien ou d’un service. Le management est d’abord le gouvernement des organisations. Il consiste à gérer une production collective en tenant compte d’une multitude de contraintes (financières, humaines, juridiques, environnementale etc.) Il s’exerce au quotidien, par la prise de décisions de gestion courante, mais il intègre également une dimension stratégique qui peut se révéler cruciale pour l’organisation.

Historiquement, le management a d’abord été un outil de rationalisation de la production des organisations. Puis une approche complémentaire à cette quête de rentabilité maximale s’est ensuite développée, basée sur l’analyse des interactions entre les parties prenantes à l’intérieur de l’organisation (salariés, actionnaires) mais aussi sur les interactions avec les parties prenantes externes à celle-ci (fournisseurs, ONG et associations, clients..).

B/Le management privé

Le management privé s’applique principalement aux entreprises privées, soit l’activité de production d’un bien et d’un service marchand dans un environnement concurrentiel. Il est basé sur l’initiative privée, l’entreprenariat, et la recherche d’un profit qui rémunère le risque inhérent à l’entreprenariat.

Sa fonction est donc d’optimiser et de maximiser les ressources par la définition d’objectifs et une adaptation à son environnement, en y intégrant ses parties prenantes. Il comprend une dimension technique (principalement liée à la comptabilité analytique et aux méthodes de contrôle de gestion visant à optimiser les ressources) et une dimension humaine (liée à la nécessité d’obtenir la motivation et la coopération des membres composant l’organisation).

C/Le management public

Le management public s’applique au pilotage des organisations publiques (État, administrations, entreprises publiques, collectivités locales). Le management public s’est développé au cours des années 1990,  lorsque la plupart des pays occidentaux se sont engagés dans la réforme de leur action publique (lutte contre les déficits budgétaires, rationalisation de la dépense publique…). Le management public a conduit à l’introduction d’une culture de l’objectif, qui consiste à mesurer l’efficacité de l’action et la satisfaction de l’usager, et un pilotage plus régulier plutôt qu’une évaluation a posteriori. En principe, le contexte, les attentes et les finalités des organisations publiques ne sont pas comparables et nécessitent une adaptation des méthodes du management privée aux organisations publiques. On observe cependant une hybridation (mélange) des méthodes de management public et privés. (développement des rémunération à la performance plutôt qu’à l’ancienneté, allocation des ressources…).

2/Les fonctions du management

Les fonctions du management sont de 4 types: fixer des objectifs, organiser, animer/diriger et contrôler.

A/Fixer des objectifs

La fonction de pilotage de l’organisation consiste à fixer les objectifs généraux que l’organisation doit atteindre. Ces objectifs généraux peuvent être de nature commerciale (croissance des ventes, gain de parts de marché ou amélioration de l’image de l’entreprise par exemple), financiers (amélioration de la rentabilité, de la profitabilité de l’organisation) mais aussi sociaux (amélioration des conditions de travail, baisse de l’absentéisme, turnover etc).

Ces objectifs sont chiffrés et évaluables à partir d’indicateurs déterminés (nombre de vente, part de marché, taux de rentabilité etc). L’analyse de la performance de l’organisation est donc déterminée par ces objectifs.

Les objectifs sont fixés en fonction des ressources de l’entreprise mais aussi de l’environnement, en prenant en compte ses opportunités mais aussi ses menaces.

B/Organiser

La fonction d’organisation implique l’allocation des ressources. D’un point de vue ressources matérielles et immatérielles, organiser implique d’identifier les ressources essentielles à la réalisation des objectifs et les investissements à réaliser en optimisant les ressources financières nécessaires à leurs acquisitions/développement.

D’un point de vue ressources humaines, la fonction d’organisation consiste à diviser le travail en tâches, puis à les répartir (par profil de postes et de compétences )et les coordonner entre elles de manière à réaliser avec efficacité la production de biens ou de services. La coordination des tâches permet de faire collaborer les différents acteurs de l’organisation et de maintenir la cohérence de ses activités.

C/Animer et diriger

L’animation des hommes consiste à mettre en en mouvement les membres de l’organisation, par la mise place des moyens de coopération, pour faciliter la réalisation des objectifs.

La fonction d’animation implique donc de stimuler la motivation des collaborateurs et de susciter leurs adhésions aux objectifs, mais aussi aux valeurs et à la culture de l’entreprise. Animer implique donc de communiquer au sein de l’organisation. Communiquer en interne permet de faire connaître et adhérer aux finalités de l’organisation, à ses objectifs, ses contraintes et ainsi contribuer à l’implication des acteurs. Communiquer n’est pas simplement partager l’information, mais fédérer les individus autour d’un projet, donner du sens à l’action de l’entreprise et in fine développer la motivation et l’engagement des individus.

Les moyens sont nombreux, il peut s’agir d’entretiens individuels, de réunions pour de la communication orale, de l’intranet, d’un réseau social d’entreprise. L’organisation peut développer ponctuellement de la communication événementielle, comme des séminaires, des actions de teambuiling, (à travers des activités ludiques, sportives culturelles etc, le but poursuivi est de favoriser la cohésion et l’esprit d’équipe). un arbre de Noël…

Diriger passe aussi par la définition d’un organigramme. L’organigramme représente la structure de l’organisation par la visualisation  des tâches, des différents postes mais aussi du niveau hiérarchique et les responsabilités correspondantes. Il montre ainsi les relations hiérarchiques (relations d’autorité) qui permettent la transmission des ordres, mais aussi relations fonctionnelles (liées aux activités exercées) qui permettent la transmission des informations, le travail en groupe…

L’organigramme détermine les compétences nécessaires, les fiches de postes et de compétences nécessaires à la réalisation des objectifs. Cette vision doit être dynamique,  via une politique de ressources humaines qui intègre le recrutement (adaptation du volume de travail ou des compétences à mobiliser), la mobilité interne (changer de métier), la formation et la motivation des membres de l’organisation. La motivation s’appuie sur la rémunération, les conditions de travail, l’autonomie, la prise de responsabilités, le parcours professionnel, mais aussi la gestion des conflits.

D/Contrôler

Evaluer consiste à apprécier, estimer le degré de réalisation des objectifs fixés et donc évaluer  la performance de l’organisation.

Les résultats obtenus par l’organisation sont donc contrôlés à l’aide des indicateurs de la phase de pilotage. Ces indicateurs économiques peuvent être la  croissance du CA en valeur ou en volume, la productivité, la rentabilité, plus adapté aux entreprises qu’aux organisations publiques qui privilégiera le taux de couverture, le taux d’équipement, le taux de collecte etc…

En cas d’écart entre les résultats obtenus, et les objectifs à atteindre, la fonction de pilote interviendra à nouveau dans la mise en place d’actions corrective.

La capacité de l’organisation à atteindre ses objectifs n’est donc pas le seul critère à retenir, mais aussi les moyens mis en oeuvre. On parlera alors d’organisation efficace et efficiente. La mesure de l’efficacité vérifie la capacité de l’entreprise à atteindre les objectifs qu’elle s’est fixés. L’efficience de l’entreprise réside dans sa capacité à maximiser l’utilisation de ses ressources.

3/Management stratégique et opérationnel

Le management est aussi l’art de prendre de la décision, qui implique de choisir parmis un ensemble de possibilité, et donc de renoncer à toutes les autres. Toutes les décisions n’impliquent pas les mêmes conséquences, c’est pourquoi l’on distingue le management stratégique du management opérationnel.  

A/Le management stratégique

Le management stratégique est un management qui s’exerce sur le  moyen et le long terme, et dont les décisions sont établies en prenant en compte les ressources de l’organisation, tout appréciant  son environnement et du potentiel qu’il présente. (tendances de marché pour une entreprise, baisse des dons pour une ONG etc…). Il peut ainsi s’agir de la commercialisation d’un nouveau produit, d’un changement de positionnement pour une entreprise, ou une diversification de services pour une organisation de la société civile…

Le management stratégique est donc basé sur le choix des moyens les plus appropriés, leur allocation, pour atteindre un objectif fixé. Les décisions sont alors qualifiées de stratégiques. Elles correspondent ainsi à trois critères cumulatif:

  • une influence déterminante sur l’existence et la pérennité de l’organisation ;
  • un niveau de décision hiérarchique supérieur (dirigeant, président, équipe dirigeante…) ;
  • un caractère exceptionnel ou unique et irréversible .

B/Le management opérationnel

Le management opérationnel s’inscrit ainsi dans la continuité du management stratégique, son rôle est relatif à la mise en oeuvre de la stratégie de l’organisation, par des actions relevant de la gestion courante de l’organisation et qui soient en cohérence avec sa politique globale.

Concrètement, les décisions opérationnelles ont des répercussions rapides sur les activités de la l’organisation, mais sont réversibles. Par exemple, il s’agit du changement d’un prix, d’une modification du planning, d’un changement de fournisseurs….

Ces actions sont limitées et ne concernent qu’une partie des collaborateurs : elles n’impactent pas le fonctionnement général et stratégique de l’entreprise. Alors que la direction est chargée du management stratégique, le management opérationnel est assuré au quotidien par les managers ou responsables intermédiaires des différents services.

.